Mon quartier comme vous ne l'avez jamais vu !
Le quartier du Mas de Mingue (Nîmes) mis en carnet par les enfants qui l'habitent.


Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Album photos
Archives
Livre d'or

«  Juin 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 


Rubriques

A propos du projet
Faire un carnet
Journal de bord
Le marché
Secrets, fantômes et légendes


Menu

Uniterre
Marion Lavabre


11 mai 2007. Alerte : un espion dans l'école !

La rédaction vient de recevoir un article signé "le photographe masqué" ! Nous le publions pour que vous nous aidiez à mener l'enquête. Si vous avez des soupçons sur l'identité de cet espion laissez-nous un commentaire !




"Je suis photographe reporter, mon métier c'est découvrir les choses qu'on veut garder secrètes et les vendre très cher aux magazines, je suis un chasseur d'images, un chercheur de scoops.

Il y a quelques jours j'ai entendu parler du projet de carnet de quartier au Mas de Mingue... j'ai voulu en savoir plus.

J'ai contacté les maîtresses pour qu'elles me montrent les carnets mais elles n'ont rien voulu savoir : il paraît qu'il faut attendre jusqu'au 24 mai et qu'il n'y a d'exception pour personne !

Muni d'un grand sac de bonbons j'ai attendu les élèves à la sortie de l'école pour qu'ils me fassent voir, même rapidement, quelques pages avant
l'exposition à la bibliothèque... Ces sales gosses m'ont dit "nos carnets ne sont même pas reliés ! tu attendras comme tout le monde !", ils se sont moqués de moi et en plus ils ont mangé tous les bonbons sans m'en laisser un seul !



Mais il n'est pas encore né celui qui m'empêchera de faire mon métier et hier je me suis bien vengé !

Ce jeudi 11 mai 2007, les enfants travaillaient sur leurs carnets dans la salle d'arts plastiques.

Depuis le matin j'étais planqué dans le couloir mais il y avait toujours quelqu'un qui surveillait la classe.

Je ne savais pas co
mment m'y prendre.

Enfin, à la récré de l'après-midi, l'opportunité s'est présentée : il faisait tellement chaud à l'intérieur que tout le monde est allé de rafraichir dehors dans le bleu de la cour.



La salle était entièrement vide. C'était l'occasion que j'attendais : avec mon appareil photo j'ai eu cinq minutes pour shooter les prem
ières pages qui me tombaient sous les yeux.
Puis j'ai entendu un bruit de pas dans le couloir alors je me suis précipité dans l'armoire pour me cacher. J'ai dû rester planqué dans l'armoire jusqu'à tard, après l'étude du soir. Quand je suis sorti j'avais un torticoli mais j'étais content : j'avais mon scoop !









Signé : Le photographe masqué."


Publié à 03:39, le 12/05/2007 dans Journal de bord
Ajouter un commentaire

Bravo l'espion !

Je trouve que votre espion a bien eu raison de vous espionner parce que moi qui ne pourrait pas venir à l'exposiition parce que j'habite loin de Nîmes je peux grâce à lui voir vos belles pages. Pour le photographe masqué, hipi hip hip hourra !!!

Publié par Baltazar à 01:39, 12/05/2007

Lien